Revenir en haut
Aller en bas


 

Partagez | .
 

 "Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte" {feat. Adriàn E. Morgensen}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin
Messages : 86
Couronnes : 55
Date d'inscription : 24/12/2015
MessageSujet: "Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte" {feat. Adriàn E. Morgensen}   Sam 23 Jan - 17:25



"Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte"
ft. Serana & Adriàn
Le médecin lui avait fait signer la décharge avant de partir… Il était plus de 4h du matin. Il était rare qu’ils laissent sortir quelqu’un à cette heure, mais la jeune femme avait insisté. Il fallait qu’elle parte. Il fallait qu’elle sorte de cet hôpital. Elle souffrait le martyr, mais elle s’en fichait. Il fallait qu’elle aille voir Mok qui devait s’inquiéter. Ses vêtements étaient tâchés de son sang, mais heureusement, la personne qui l’accompagnait ne lui posa aucune question et l’accompagna jusqu’à chez elle. Elle le remercia avant de prendre sa clé et d’ouvrir sa porte… Mok était couché sans doute, mais il n’avait pas éteint les lumières. Peut-être parce qu’il voulait que Serana voit quelque chose lorsqu’elle allait rentrée… ou qu’il avait oublié. A cette pensée, la jeune femme eut un petit rire qui se transforma en grognement de douleur. Ses côtes la faisaient souffrir. Elle décida d’aller voir dans la chambre de Mok pour savoir s’il était couché. Elle entrouvrit la porte et le vit qui dormait. Adriàn était sans doute passé, mais il était reparti. Elle alla dans sa chambre pour s’en assurer. Personne pour l’attendre… Elle soupira. Tant pis. Elle fit un détour par la salle de bain et se vit pour la première fois depuis plusieurs heures…

Son visage était tuméfié. Une arcade explosée, les joues bleues par les coups portés par Doriane. Heureusement, ses yeux n’avaient pas été touchés. Inconsciemment sans doute. Doriane était déterminée à lui faire mal, mais après tout, Serana l’avait cherché. Peut-être qu’Adriàn allait se rendre compte que sa sœur n’était pas normale… Et elle non plus. Elle souleva son t-shirt tâché pour regarder ses côtes. Un bandage faisait le tour de sa taille et remonta jusque sous sa poitrine. Elle passa doucement ses doigts bleuis contre ses blessures et tressaillit. Elle n’aurait pas dû provoquer Doriane. C’était plus fort qu’elle. Serana ne supporte pas qu’Adriàn passe du temps avec elle… Comme lui-même ne supporte pas qu’elle passe du temps avec Saga, l’anima qui passe souvent à la bibliothèque. La jeune femme soupira. Ils sont tout simplement jaloux l’un de l’autre…. Elle décida de passer un peu d’eau sur son visage qui lui fait un mal de chien. Elle attrapa une aspirine qu’elle avala d’un coup et retourna dans sa chambre. Elle devait essayer de dormir. Avec des gestes lents, elle réussit à enlever ses vêtements sans trop souffrir, mais resta en sous-vêtements sous sa couverture. Tant pis pour le pyjama. Elle n’y arriverait pas. Elle n’arrivait déjà pas à enlever son soutien-gorge… Elle ferma momentanément les yeux avant d’être réveillé en sursaut vers les 7h30. Pas de bruits dans l’appartement. Mok devait encore dormir. La jeune femme se redressa en grimaçant de douleur. Elle attrapa son portable avant de le déverrouiller. Elle avait envie de voir Adriàn. Elle ne savait pas s’il travaillait aujourd’hui, mais tant pis. Il devait venir… Elle lui envoya un sms pour lui demander de passer… Il avait la clé, il pourrait toujours entrer sans qu’elle ne se lève. Elle reposa son portable sur son lit et ferma les yeux dans l’intention de calmer la douleur de ses côtes… Les choses allaient sans doute changer maintenant…

On toqua à la porte de sa chambre. Elle répondit d’une voix faible :

« Entre… »

Elle remonta sa couverture jusqu’à son cou au cas où Mok se pointe avant Adriàn… Elle entendait déjà les mots d’Adriàn résonnés dans sa tête… Il allait être inquiet…



codage de coula.

• • • • • • • • • • • •

Vivre au travers de lui
Parce que parfois, les relations peuvent être compliquées... Il faut savoir se mettre de coté pour les gens que l'on aime, même s'ils ne le voient pas... © by Sun  


Tu es seul ? Malheureux ? Tu es un anima sans maître ? Rejoins la SSPA ! La Serana Société Protectrice des Animas sera toujours là pour toi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 212
Couronnes : 78
Date d'inscription : 14/05/2015
MessageSujet: Re: "Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte" {feat. Adriàn E. Morgensen}   Dim 24 Jan - 13:19

S'il le faut, je tuerais jusqu'à la Faucheuse pour ne jamais te perdre


Serana&Adriàn

Ca avait commencé par un sms en plein milieu de la nuit. Ensommeillé, il avait ouvert un œil et dans le noir avait tâtonné jusqu'à trouver son téléphone. Vient. Maintenant. Ce n'était pas dans ses habitudes, jamais elle ne lui ordonnait de venir. Serana, c'était plutôt « je vais mal, te le dis mais devine dans mes sous-entendus que tu dois venir ». Qu'est-ce qui s'est passé ? L'inquiétude le tire des bras de Morphée, Adriàn saute du lit et fonce à la salle de bain. Pas le temps pour une douche, ce sera une toilette de chat. Les vêtements ? Pas non plus le temps pour choisir LA tenue. Il enfile un sweet gris à capuche usé avec un jean large. Ses converses aux pieds, le blouson en cuir par dessus, Adriàn attrape son écharpe et le casque mais fait une pause dans la cuisine. Rapidement, il griffonne un mot à son père pour l'informer qu'il est chez Serana, acte inutile, Magnus s'en doutera, mais il n'a jamais perdu cette habitude de l'enfance. La porte claque, le froid lui gifle le visage alors qu'il court jusqu'au garage. Son écharpe est remonté jusqu'au nez, la visière s'abaisse et la moto rugit. Il ne met pas longtemps à arriver chez Serana, l'angoisse a donné des ailes à l'engin. La Belle est déposée sur le trottoir, la clef tourne dans la serrure, les étages sont avalés et, enfin, Adriàn peut entrer dans l'appartement.

Que lui arrive t-il ? Elle a dit que le Petit dormait toujours, il n'est donc pas tombé aux mains des humanistes… il frémit en pensée à Nygel, il n'est pas tombé aux mains d'une femme comme elle. Adriàn déglutit en avançant à tâtons dans l'appartement. Si ce n'est pas Mok, qu'est-ce qui a bien pu arriver ? Aujourd'hui est un grand jour, leur Petit va passer à la télévision, tout le pays pourra l'admirer. Tout le monde va voter pour lui, s'emballer, s'il est aimé les journaux s'empareront de son image… s'il est détesté, ce sera pire encore. As t-elle sentit qu'il n'était pas heureux ? A t-elle vu son sourire crispé quand Mok a brandit sa fiche d'inscription ? Tout fier qu'il était de leur raconter le tournage…  non… elle ne lui aurait pas envoyé un tel message s'il ne s'agissait que de ça… l'angoisse lui tord le ventre, le souffle lui manque. Est-elle au courant pour le nouvel an ? Comment pourrait-elle l'être ? … et si elle avait été dans la rue à ce moment-là ? Au moment précis où Doriane l'embrassait et que lui, fou, répondait ? Le jeune homme s'arrête net dans le couloir. Si elle savait ? Avait vu ? Ça l'empêche de dormir, ça l’écœure, ça l'interroge. La honte lui brûle les joues, si elle savait quelle image aurait-elle de lui ? Elle ne peut être pire que celle qu'il a de lui-même. Je suis désolé, j'ai eu un coup de folie. Les excuses, le repentit, tout est prêt à sortir et à être déposé à ses pieds.

Toc, toc, entre. Il pousse la porte de sa chambre, cesse de respirer. Il s'attendait à un regard noir, presque à quelque chose de cinématographique. Elle, à sa fenêtre, à regarder le jour se lever lui décochant un regard plein de dédain pour s'en retourner vers l'horizon. Mais non, elle est emmitouflée dans le lit. Froncement de sourcils, qu'est-ce qui se passe ? Doucement il avance vers elle, de plus en plus inquiet. Il n'y voit rien dans ce noir, c'est de mémoire qu'il trouve le lit. C'est par habitude qu'il s'y glisse, cherchant la lampe de chevet qu'il trouve sans difficulté. Pendant une seconde il s'est dit qu'elle avait eu envie de trouver une occupation à une insomnie. Une seconde car celles d'après il la passait choqué, horrifié même. Ton visage. Il avance une main pour toucher, pour s'assurer qu'il ne rêve pas, mais sa main se referme sur du vide. Ne pas lui faire mal. Qu'est-ce que ? Adriàn dévisage sa meilleure amie, s'arrête sur chaque plaies, chaque blessures… et ses mains. Ses mains accrochées à la couette, couette remontée jusqu'en haut comme pour masquer quelque chose à sa vue. Ton corps, je pourrais le dessiner les yeux fermés. Il comprend. Délicatement mais fermement Adriàn ouvrit les doigts de Serana pour la faire lâcher prise. La couette retombe, il l'évince sans violence et voit l'étendue des dégâts. Ce corps tant désiré n'est plus que meurtrissures. Qu'est-ce que ? L'inquiétude se fait angoisse et colère, qui a osé ?! Qui a osé ? La rage lui prend la gorge, ses traits si délicats se crispent. La naïveté de son regard s'envole pour un sentiment violent, agressif. Dis moi qui et il le paiera. Qui t'approche, me découvrira loup.

Qui t'as fais ça ? Qu'est-ce qui s'est passé ?

Il la dévisage encore et encore, incapable de croire que quelqu'un ait pu oser blesser, non, agresser son amie. Quel est le fou qui a imaginé qu'il avait le droit de poser sa main sur toi ?! Lui, si possessif, se sent le devoir de la venger alors même qu'elle n'a pas prononcé un mot. Je te venger, je vais te protéger. Un bouffée de rage qui lui donne du courage, lui qu'on traite d'idiot, lui que les collègues trouvent « à la traîne » se sent une âme de justicier.

T'as mal ? Tu veux quelque chose ?


©Aloysia


• • • • • • • • • • • •
SERANA PUE.
DORIANE JE T'AIME, C'EST TOI LA PLUS JOLIE ♥ ♥ ♥

#TrollD'admins

Loin du saint brisant ses vœux, il est le Malin, fallacieux, bien trop patient. Il est cette ombre tapie dans un coin du décor à laquelle on ne prête aucune attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 86
Couronnes : 55
Date d'inscription : 24/12/2015
MessageSujet: Re: "Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte" {feat. Adriàn E. Morgensen}   Dim 24 Jan - 15:41



"Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte"
ft. Serana & Adriàn
Serana garde la couverture sur elle, incapable de faire un geste de plus de toute façon. Elle regarde l’ombre d’Adriàn qui avance dans sa chambre. Il se glisse dans son lit, elle le sent à ses côtés. Il cherche la lampe de chevet. Il l’allume. Pendant un instant, les yeux de Serana ont du mal avec la soudaine lumière dans la chambre. Elle ferme et ouvre les yeux plusieurs fois avant de voir le visage angoissé d’Adriàn. Il vient de voir les différents bleus. Elle sent qu’il la dévisage. Elle veut s’expliquer avant qu’il ne pense à des choses qui ne sont pas vrai. Les mains de Serana serrent toujours la couette sur son corps. Elle sait qu’il ne lui servait à rien de se cacher, il la connaissait par cœur. Elle n’avait juste pas envie qu’il voit les différents bleus et le pansement qui courait sur sa poitrine et son ventre. Adriàn est intelligent, il n’a pas besoin de réfléchir pendant des heures. Il veut voir. Serana lutte un peu, mais la douleur est trop forte, elle le laisse faire. Il la voit. Il voit les dégâts. Il voit qu’elle a mal. Ce n’est pas ta faute. Elle voit ses traits se crisper. Elle n’a pas l’habitude de le voir dans cet état, elle en a un peu peur. Son regard a changé aussi… Serana veut parler, mais Adriàn prend la parole. Il lui demande qui lui a fait ça et qu’est-ce qui s’est passé. Elle n’a pas le droit de mentir. Certes, c’est Doriane qui l’a mise dans cet état, mais Serana l’avait cherché avant tout. Elle sent qu’il se bat contre ses sentiments. Il se fait violence. Il est possessif, certes, mais il ne supporte pas de la voir dans cet état. Elle peut comprendre, elle ferait n’importe quoi pour lui. Ne pas lui mentir, ce serait la goutte qui ferait débordée le vase. Elle frisonne à cause de la fraicheur dans la chambre et essaye d’attraper la couette pour se recouvrir, mais elle n’arrive qu’à se faire mal. Elle gronde de douleur et se repose sur son oreiller. Lui répondre. La vérité. Maintenant.

« Tout d’abord, je dois te dire que ce n’est pas totalement de sa faute. Je suis allée la voir ce soir. Je voulais juste m’expliquer avec elle… mais je ne sais pas pourquoi… J’ai explosé. J’ai pété un câble. Je lui ai sauté dessus et je l’ai frappé… Mais pas suffisamment fort apparemment puisqu’elle a vite repris le dessus… Elle a explosé elle aussi, je pense. Je n’étais pas sûre de m’en sortir vivante. Elle a été arrêté dans ses mouvements je pense… Je ne me souviens pas… »

Elle baisse la tête pour ne pas croiser le regard d’Adriàn. Elle sait toute l’admiration qu’il lui porte. Elle sait qu’elle n’a pas besoin de prononcer le prénom de Doriane pour qu’il comprenne de qui Serana parle dans son monologue. Il va vite comprendre. Aura-t-il seulement la force d’y faire face ? Serana a mal, mais elle ne le montre pas. Elle sent le regard de son amant sur elle.

« Je l’ai cherché Adriàn. Je pensais sincèrement avoir le dessus. J’avais même pris un couteau dans ma botte pour la blesser… Je suis un monstre… »

Alors, la tension de ces dernières heures lui tombe dessus. Les larmes montent à ses yeux et coulent le long de ses joues sans qu’elle n’y prête attention. Elle aurait pu mourir. Elle s’en rend compte maintenant. Qui aurait pu prendre soin de Mok et Saga ? Qui aurait pu prendre soin d’Adriàn ? Savoir que Doriane aurait pu gagner lui donner envie de vomir. Adriàn lui demande si elle a mal et si elle a besoin de quelque chose, mais elle a la gorge trop serré par les sanglots pour parler. Elle se sent complètement bête d’avoir provoqué Doriane. C’était l’idée la plus stupide. Ses côtes lui font mal, elle passe une main contre pour essayer de calmer la douleur, mais elle ne sait pas si ça va fonctionner… Elle a juste envie de dormir et d’oublier. Mok ne va sans doute pas tarder à se lever maintenant. Elle a besoin de réconfort.

« Dis-moi que tu seras toujours là… Dis-moi que je suis toujours en vie aujourd’hui… Pourquoi je suis toujours en vie ? »

La détresse s’entend dans sa voix, elle a froid, elle tremble, elle a peur, elle est terrorisée à l’idée de perdre Adriàn et de se retrouver toute seule… Toute seule face à Doriane… Toute seule face au monde entier…



codage de coula.

• • • • • • • • • • • •

Vivre au travers de lui
Parce que parfois, les relations peuvent être compliquées... Il faut savoir se mettre de coté pour les gens que l'on aime, même s'ils ne le voient pas... © by Sun  


Tu es seul ? Malheureux ? Tu es un anima sans maître ? Rejoins la SSPA ! La Serana Société Protectrice des Animas sera toujours là pour toi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 212
Couronnes : 78
Date d'inscription : 14/05/2015
MessageSujet: Re: "Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte" {feat. Adriàn E. Morgensen}   Jeu 11 Fév - 2:34

S'il le faut, je tuerais jusqu'à la Faucheuse pour ne jamais te perdre


Serana&Adriàn

Alors qu'elle prend la parole, il fronce les sourcils et, doucement, se rassoie à ses côtés. Serana poursuit, il lui prend la main, caressant de son pouce cette peau meurtrie. Ce qu'il entend ne lui plait pas, la douceur de son geste n'atténue pas les crispations de son visage. Qu'est-ce qu'elle a été faire ? Pourquoi aller la trouver, ne pouvait-elle pas continuer à l'ignorer ? C'est tellement plus simple, de s'ignorer. Il ne comprenait pas ce besoin belliqueux que certains avaient de provoquer, chercher la confrontation… pour quoi faire ? Pour rien, pour le plaisir. Cela ne te ressemble pas, Serana. De quoi pouvais-tu t'expliquer ? Qu'est-ce qu'il y avait à dire ? Exploser. Quelle idée. Elle n'est pas femme à exploser. Qu'as fait Doriane pour te pousser à bout ? Et cette rage qu'elle a déferlé sur toi, comment l'expliques tu ? Pas sûre de m'en sortir vivante. La phrase, placée anodinement dans le récit des événements, fait froid dans le dos. Je ne me souviens pas. A ce point, la force des coups étaient à ce point. Il y a comme un ange qui passe alors qu'elle baisse les yeux, pause dans la conversation où le silence se fait pesant. Le plus effrayant c'est l'attente. Alors que les questions se bousculaient alors qu'elle s'expliquait, il ne reste plus dans son esprit que du vide. Rien. Il attend, voilà tout. Il attend des justifications, explications, quelque chose, n'importe quoi, qui lui ferait se dire « c'est normal ». mais il n'y a rien de normal là-dedans, sa douce meilleure amie ne peut avoir voulu du mal à sa sœur ; autant que cette dernière n'a pu la mettre dans cet état. Les preuves sont là pourtant, elles sont là ! Devant ses yeux ! Elles hurlent « regarde nous ! » mais Adriàn refuse. Il s'accroche aux regards détournés de Serana, il y a une réponse qui sauvera tout le monde. Une explication qui ne ternira l'image d'aucune des deux femmes car il ne saura choisir entre elles, car il ne saura accepter cela. Et la rage en lui, l'envie de vengeance, se fait étouffer par l'incompréhension. Comment se venger quand il refuse d'accuser ? Quand il ne comprend pas et que la victime, elle même, s'accuse ?!

Un couteau. Il la regarde effaré. Un monstre. Oui en effet, un monstre car il ne la reconnaît pas. Elle n'était que douceur, rire et joie, comment cet être là à devenir cette créature ? Comment a t-elle pu se dire, je vais blesser Doriane ? Pas un instant Adriàn ne fait le parallèle avec lui, pas une minute il envisage de reprocher à Serana de s'en être pris à sa sœur. Elle s'en est prise à Doriane, pas à lui, c'est leur conflit, pas le sien. Adriàn ne ramène que très rarement les choses à lui, noble qualité qui pour le coup le fait surtout manquer de jugement.

Il sait qu'il devrait lui demander des explications plus pertinentes, qu'il a besoin qu'elle comble les trous, justifie l'injustifiable. S'il ne le fait pas cela va le hanter, comme une mauvaise idée qui ne veut pas partir Adriàn va s'interroger, encore et encore. Mais a t-il envie d'entendre la vérité ? De savoir la véritable réponse, et non pas celle qu'il fantasme ? Elle lui fait peur, la vérité. Elle va abîmer l'image lisse qu'il a de Serana et de Doriane, elle va tout gâcher, la vérité. L'envers du décor est un inconnu qu'il craint. Il ne veut pas savoir mais pourtant, les preuves sont là et il entend ses mots. La graine est plantée, le mal est dit et ce même s'il s'efforce de ne rien attiser, la flamme prend. Quelque part en lui Adriàn sait qu'il y a quelque chose qui ne va pas chez Serana, un truc de pas réglé qu'il n'explique pas. On n'agresse pas les gens comme ça, on ne se promène pas avec un couteau… mais il y a une explication, son amie ne peut être folle, il y a forcément une explication.

Un jour, il osera poser la question.

Les larmes aux yeux de Serana l'achève, son coeur fond d'affection et la compassion, la pitié, remplace l'aversion. Ca va aller. Elle est perdue, complètement perdue ; elle a besoin de lui plus que tout. C'est étrange comment cela flatte son égo, le réchauffe tout en lui serrant le coeur. Ce n'est pas normal, tant de larmes, de douleur. Cette situation, elle n'a rien d'évident. Pour autant il se décide à la prendre contre lui, l'invitant simplement à se blottir comme elle le souhaite au creux de ses bras. Je suis là.

Je serais toujours là. Arrête de pleurer, t'en fais pas Sera, ça va aller. Je suis là, rien que toi et moi.

Ses mains caressent son dos, un baiser sur son front, un autre sur ses joues mouillées, comme si des caresses pouvaient soigner tous les maux. Il a le coeur lourd de la voir aussi bas, déprimée et mal heureuse. Mais elle n'a pas à s'en faire car jamais il ne partira, s'il ose quitter cette pièce c'est pour revenir avec un sourire à inscrire sur son visage de poupée.

Comment peux-tu dire des choses pareil, évidemment que tu es en vie. Si tu disparaissais, comment je ferais, moi ? Je peux pas vivre sans toi alors, si je suis là, c'est que toi aussi.

Tout simplement. Il n'y pas plus grandes évidences que cette confession-là. Elle est sa meilleure amie, son roc et son phare tout à la fois et même si ce soir la lumière vacille, jamais il ne la laissera s'éteindre. Jamais. Autant par affection pour elle, que par égoïsme. Jamais toi sans moi, ne l'oublie pas. C'est une promesse, rien ne changera, nous seront toujours ensemble et ce peu importe tes relations avec ma sœur, peu importe ce que je peux faire, je ne saurais composer mon avenir sans toi.

Tu n'as pas besoin de me raconter, je suis là. Je suis sûr que tu avais tes raisons et que Dory avait les siennes… Tout va s'arranger, tu vas voir.

Alors, promet le moi qu'on restera ensemble.

Cap de m'enlacer dans du béton pour que jamais on ne se quitte ?

©Aloysia


• • • • • • • • • • • •
SERANA PUE.
DORIANE JE T'AIME, C'EST TOI LA PLUS JOLIE ♥ ♥ ♥

#TrollD'admins

Loin du saint brisant ses vœux, il est le Malin, fallacieux, bien trop patient. Il est cette ombre tapie dans un coin du décor à laquelle on ne prête aucune attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 86
Couronnes : 55
Date d'inscription : 24/12/2015
MessageSujet: Re: "Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte" {feat. Adriàn E. Morgensen}   Sam 13 Fév - 16:53



"Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte"
ft. Serana & Adriàn
Serana était au bout du rouleau. Elle savait qu’elle aurait pu mourir. Doriane était une fille forte et elle faisait partie de la police. Ce n’était pas rien. Serana regarda Adrian. Il semblait avoir des miliers de questions à lui poser, mais il était trop inquiet de son état pour les lui poser. La jeune femme savait qu’elle allait devoir y répondre. Peut-être que c’était le moment de le faire… Les bras d’Adrian l’accueillent avant de se refermer sur elle, délicatement pour ne pas la blesser encore plus. Serana a envie de pleurer, mais elle ne veut pas donner raison à l’autre. Il faut qu’elle soit forte, mais c’est plus fort qu’elle. Les larmes coulent de nouveau sur ses joues. Adrian lui demande d’arrêter de pleurer, lui assurant qu’il serait toujours là pour elle. Elle se redresse un peu, le regarde dans les yeux. Il ne se rend même pas compte qu’il ne peut rester avec elle. Elle le sent, elle est en train de le perdre, mais elle ne le lui dit pas. Ses petites attentions, le baiser sur le front, sur la joue, la rassure un peu. Mais elle sait que ce n’est qu’une illusion. Un jour, il partira. Elle lui dit qu’elle se demande encore comment elle est encore en vie. Il lui demande ce qu’il ferait si elle disparaissait. Serana eut un petit sourire qu’Adrian ne vit pas. Bien sûr que tu vas survivre. Elle sera là, l’autre.

« Ne dis pas de conneries, même si je ne suis plus là, tu trouveras quelqu’un à qui t’accrocher… Je ne suis pas irremplaçable. »

C’était des mots durs. Serana était dure envers lui et envers elle-même. Sa confiance a chuté au moment où Doriane lui donnait le premier coup. Elle ne se rendra jamais compte à quel point elle a détruite Serana. La jeune femme se demande même si elle va oser sortir un jour. Mais elle le devra. Elle le devra parce qu’il y a Mok. Elle le devra parce qu’il y a Saga qui doit se demander ce qui se passe. La bibliothèque est restée fermée depuis quelques jours déjà. Serana n’a pas la force d’affronter les gens. Elle n’a pas la force de retourner dans le monde des vivants. Les bras d’Adrian autour d’elle la rassurent. Il faut qu’elle s’en remette. Peut-être qu’elle allait continuer ce passe-temps qu’était l’arc. Elle pourrait embrocher Doriane. Elle frisonne à cette pensée et écoute plutôt Adrian lui dit qu’elle n’avait pas besoin de lui raconter ce qu’il s’était passé, que Doriane et elles avaient leurs raisons et que tout allait s’arranger. Serana se redressa d’un coup, grimaçant de douleur avant de lui dire :

« Tu crois vraiment que les choses vont s’arranger ? Je crois que tu rêves. »

Elle avait parlé un peu brusquement et s’éloigna légèrement du jeune homme. Elle se força à respirer calmement pour ne pas aggraver ses blessures aux côtes. Elle remonte la couverture vers sa poitrine et lance un regard noir qui ne lui ressemble pas à Adrian :

« Un jour, lorsque je serais morte et enterrée, peut-être que tu vas te rendre compte que ta supposée sœur se joue de toi depuis des années. »

Cruelle. Voilà ce qu’elle est maintenant. Sa haine envers Doriane se déverse sur Adrian qui n’y ait pour rien… Enfin, s’il pouvait ouvrir les yeux. Dans sa haine, Serana lance :

« Parce que tu n’as pas idée de ce que je ressens pour toi. Tu me vois comme ta meilleure amie, une sex-friend parfois. Oui on passe du bon temps. Mais avec le temps moi, je suis tombée amoureuse de toi. Et s’il faut, je mourrais d’amour pour toi. »

Elle se rendit compte de ses mots une seconde trop tard. Elle venait d’avouer à Adrian qu’elle était amoureuse de lui. Chose qu’elle s’était promis de ne pas dire tant qu’elle n’était pas certaine que lui aussi ressentait quelque chose. Serana plaqua sa main contre sa bouche avant de la retirer et de lui dire :

« Non oublie ce que je viens de dire. C’est à cause des médocs, je ne sais plus ce que je dis… »
C’était totalement faux, elle le savait et lui aussi le savait. Serana venait de mettre sa vie entre les mains d’Adrian sans qu’il ne s’en aperçoive …


codage de coula.

• • • • • • • • • • • •

Vivre au travers de lui
Parce que parfois, les relations peuvent être compliquées... Il faut savoir se mettre de coté pour les gens que l'on aime, même s'ils ne le voient pas... © by Sun  


Tu es seul ? Malheureux ? Tu es un anima sans maître ? Rejoins la SSPA ! La Serana Société Protectrice des Animas sera toujours là pour toi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte" {feat. Adriàn E. Morgensen}   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Un jour, tu ne me trouveras plus... Je serais partie... Morte" {feat. Adriàn E. Morgensen}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ❝ København :: ❝ Habitations :: Appartement Larsen-